La fanfare d'Athée

1890

Livre VIII
La lutte pour la vie
1890
Les Envieux

        Cette organisation sérieuse, cette entente admirable, ces succès répétés, taquinaient beaucoup l'Union musicale et la maison d'en face !! Les plus acharnés de cette société essayaient de semer la division dans les rangs de nottre belle fanfare. Tous les moyens étaient bons, les supplications, les menaces, les plaisanteries, les lettres, les articles de journaux etc etc...

Le chant du B. Rossignol

        Il nous est permis d'en donner ici quelques échantillons.
        Commençons si vous le permettez par l'admirable lettre d'un nommé Billault Rossignol, écrite à Voland chef de la Fanfare.
        Nous avons sous les yeux ce précieux morceau, nous voudrions pouvoir en donner mieux qu'une copie, et vous en présenter la photographie, mais l'encre est trop effacée pour obtenir une bonne épreuve.
        Voic donc cette éloquente épitre, ce patriotique appel à un ami :
                              "Le 22 Mars 1890
                              Cher Camarade et ami.
        N'ayant pas ut de nouvelle de se que nous avions parler de l'union que tus voulais faire de tas société à la mienne Je m'adresse Directement a toi pour savoir Les résultas difinitives car j'ai en toi toute ma confiançes
                              (Cher Camarade)
        Je croit qunne homme comme toi instruit et inteligent ne doi pas rester en arrière dans l'ignorançe après avoire été Camarade de Jeunesse nous devon l'ètre de vieillesse,
        Tus dois prandre comme tous les camarade un Coeur libre et patriotique.
                              Cher Camarade
        Tus ne fut pour moi jamais qunne ami et tus le seras toujour Je te prie de bien te rendre conte du chemin auquelle tus est Dirigé,
        Emplaçe de ça je te le repète rent toi homme et homme libre et patriotique ran toi cont de ça qu'il çe passait avant l'heureuse jour de la révolution de 1789. Le 14 Jullet la délibération du peuple Lesclavage rompus La liberté pour tous aujourd'huis nous somme sur lavant et continuont et nalon pas sur l'arrière, Jespère voir à notre première sortie qui aura lieu le 13 avril 90 Voir floter devant tes yeux le drapeaux de l'union Musical
                              Drapeau de la liberté
                              Vive La Françe
                              Ve La république
                              Ton ami
                              Billault Rossignol
                              à Bellevue."

        Pour un Rossignol c'est un fameux merle!!!!

Mort de Désiré-Delétang

        Au mois de Février (13) de cette année la fanfare perdit un de ses membres, Désiré Delétang la Société toute entière suivit ses funérailles et une couronne mortuaire lui fut offerte par la Fanfare d'Athée..
        Une des raisons qui avait fait ouvrir le bec au Rossignol de Bellevue, c'était le concert du 23 Mars offert par la Fanfare chez Chotard, et qui fut suivi d'une autre soirée le 30 du même mois.
        Quoiqu'il en soit Voland se servit du prétexte de ces attaques, pour obtenir de la société une augmentation d'appointements. Ceci n'alla pas tout seul, et il fut même question de la part du chef, de donner sa démission.

Un canard trop jeune pour voler !!

        Aussitôt les "Saules pleureurs" de l'Union Musicale laisèrent déborder leurs larmes de crocodiles jusque dans la feuille du trop célèbre Wilson et le 27 Avril 1890 La Petite France, édita le morceau suivant :

Oraison funèbre d'une fanfare

                                                            Athée = on nous écrit le 25 avril =
        La Commune d'Athée possédait deux fanfares; elle vient de procéder à l'enterrement civil de l'une d'elles.
        La musique Cléricale était composée de souffleurs de cuivre ne possédant pas un talent transcendant, l'Eglise, les chateaux avaient à peu près seuls le privilège de les entendre et elle ne se prétait que de mauvaise grâce à nos fêtes civiles républicaines Aussi la municipalité ne la voyait-elle que d'un mauvais oeil.
        Son chef, charretier musicien, surtout spirite enragé, a voulu que la musique paye le spiritisme: de là une demande d'argent. La caisse était vide; le chef donne sa démission; la grosse-caisse, un homme qui lit dans les grands livres, a vu que les esprits lui disaient de quitter la Société : nouvelle démission.
        Alors, malgré les bénédictions du Curé et les largesses des chateaux, la fanfare a jetté son dernier souffle: elle a vécu; les cuivres sont à bas; que la terre lui soit légère !
        La fanfare républicaine triomphe sur toute la ligne, se passant de l'Eglise et des Chateaux, elle a été et sera toujours la musique de notre patriotique population."
        (L'article qui n'est pas signé est l'oeuvre d'un sieur Louis Veillault.)
        A peu près comme N-S J-C. la fanfare qu'on croyait morte à tout jamais, ressuscita environ 3 jours après la publication de son décès.
        Le 1er Mai 1890 La Société accordant au chef l'augmentation demandée, passa avec lui et le sous-chef un marché sur papier timbré, fixant le traitement de chacun d'eux. Nous allons donner la copie de ces deux pièces.

Engagement du chef : Volant

        Je soussigné : Volant Delétang je m'engage à diriger la musique dit Fanfare d'Athée, pendant trois années entières et consécutives qui commenceront le 1er Mai 1890 et finiront le 1er Mai 1893, moyennant une payement annuel de 200. je m'engage en outre à apprendre aux élèves tout ce qui sera en mon pouvoir sous peine de réprimande et de suspension de payement s'il en était autrement, d'assister en tout les répétitions et sorties que la société décidera, aux jours et heures dites par la dite société.
        En cas d'absence, elle sera motivée par la réunion du bureau, si la raison est reconnue non valable, je reste passible d'une amende de 0.,50 pour les répétitions, et de 2. pour les sorties, les amendes seront retenues sur le traitement.
        En cas de dissolution de la dite société le payement cesse de plein droit.
        Fait à Athée de bonne foi, en présence des membres honoraires, le 1er Mai 1890.
                              Le Président des Membres honoraires                               Le Chef de la fanfare
                                             Legeard E                                                                  Volant-Delétang

Engagement du sous-chef Paul Hardion

        Je soussigné Hardion Molineau, je m'engage dans la musique dite Fanfare d'Athée comme sous-chef d'aider au chef et même de lui obéir dans tout ce qu'il me commandera concernant la musique pendant trois années entières et consécutives qui commenceront le premier Mai mil huit cent quatre vingt dix moyennant un payement annuel de cinquante francs payable par trimestre, d'assister à toutes les répétitions et sorties que la société décidera, aux jours et heures dites par la société.
        En cas d'absence, elle sera motivée par la réunion des membres exécutants; si elle est reconnue non valable, je reste passible d'une amende de vingt cinq centimes pour une répétition et de un franc pour une sortie. Cet argent sera retenu sur le payement. En cas de dissolution de la Société, le payement cesse de plein droit.
        Fait à Athée de bonne foi, en présence du bureau des membres honoraires le premier Mai mil huit cent quatre vingt dix.
                              Le Président des Membres honoraires                               Le Chef de la fanfare
                                             Legeard E                                                                 Hardion-Molineau

Fête Nationale

        La Fanfare ranimée par ces arrangements et certaine d'avoir des chefs sérieux et actifs, prêta son concours, à la fête nationale du 14 juillet, et prouva une fois de plus que ses ennemis l'avaient calomniée en disant qu'elle n'aimait pas les fêtes civiles républicaines.

Fêtes de St Martin à Tours

        Le 16 9bre 1890 De grandes fêtes avaient lieu à Tours, à l'occasion des noces d'or de Mgr Meignan archevêque de Tours. La fanfare, grâce à M. l'abbé Hénault obtint de Madame Collinet des omnibus et voitures pour se rendre à ces solennités, la Société musicale d'Athée fut la seule société rurale accourue à ces fêtes et Madame Collinet l'avait chargée d'offrir en son nom au vénéré prélat une magnifique crosse épiscopale, entièrement composée de fleurs naturelles, et du plus gracieux effet. Elle fut portée par un des membres honoraires de la fanfare M. Amand Bardet jardinier chef du chateau de la Chesnaye, qui était d'ailleurs l'artisan de ce superbe travail. L'Archevêque en fut si heureux qu'il voulut faire porter sans cesse près de lui ce délicieux bouquet.
        Ce voyage fut une suite de joies et de plaisirs pour toute la fanfare qui en a gardé un agréable souvenir. Ces fêtes qui coïncidaient avec les solennités de St Martin, eurent un éclat tout spécial grace à la présence de nombreux et distingués prélats.

La Ste Cécile
Noël

        Le 23 Novembre on féta comme de coutume avec entrain la Ste Cécile et la St Romain.
        Puis vint la fête de Noël où la fanfare fit encore une fois entendre ses joyeux accords pour terminer l'année.

Page précédente Retour à l'accueil Retour début Fanfare Page suivante