Histoire de l'église St Romain




Les premiers temps de l'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher

La tour du clocher et la nef

Cette tour ne possède pas de baie jusqu'à la hauteur du beffroi. Les angles sont renforcés par des contreforts plats trés restaurés. La forme des glacis d'origine de la partie supèrieure de ces contreforts est encore visible à l'intérieur de l'église, au-dessus des voûtes du choeur et de la chapelle Sud. La porte donnant à l'extérieur n'existait pas, ni celle donnant dans la chapelle Sud. Seule existait une petite porte, servant aujourd'hui de placard, et ouverte dans le coin Ouest du mur Nord du clocher. Cette porte donnait dans ce qui était sans doute l'avant-choeur de l'église romane.
Le beffroi est la partie la plus décorée du clocher. La façade Sud du beffroi, comme les contreforts, a été très restaurée. Ce beffroi se compose de deux niveaux. Le niveau inférieur est ouvert sur chaque face par deux baies geminées, en plein-cintre, dont les montants sont décorés d'une colonnette à chapiteau à crochets. Un bandeau mouluré d'un cavet, ceinture la tour à la base des baies. Un autre bandeau décoré de pointes de diamant ou en torsade, encercle le beffroi au niveau de la base des arcs des baies.
Un autre bandeau, mouluré en bâtons-rompus, ceinture le beffroi à la base du niveau supérieur qui est ouvert sur chaque face d'une seule baie en plein-cintre, à l'arc extradossé d'une moulure. Le beffroi est surmonté d'une flèche en maçonnerie accosté dans chaque angle de la tour d'un petit fronton percé d'une baie en plein-cintre.
Les plans de 20 mai 1864, nous montrent la façade Ouest avant sa reconstruction. On peut voir une porte en plein-cintre extradossé d'une moulure. Il devait s'agir manifestement d'une porte romane. Cette indication nous porte à croire que le mur Sud de la nef est contemporain de la construction de la tour du clocher.

Le mauvais état des églises à la fin de la guerre de Cent Ans

Plus que les déprédations des gens de guerre, c'est le manque d'entretien des églises dans cette période de crise qui est à l'origine du délabrement des édifices religieux. L'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher n'a pas dû échapper à cette règle. Au XVIe siècle, avec la prospérité retrouvée, d'importants travaux de restaurations et d'agrandissement ont pu être engagés.

Accueil Sommaire Page précédente Page suivante