Histoire de l'église St Romain




La Révolution

La suppression du culte

L'église devint d'abord, en 1793, le Temple de la Raison, c'est à dire un lieu de lecture publique des lois et des décrets passés par l'Assemblée Nationale, puis, sous l'influence de Robespierre, le Temple de l'Etre Suprême.
Une ou plusieurs des cloches de l'église furent transportées au district pour être fondues pour faire des canons, des fusils, ou de la monnaie. Les autres objets métalliques, l'argenterie, le linge, et les divers ornements furent également saisis et vendus.
Pendant la suppression du culte, il y eut probablement quelques dommages. Les symboles de la féodalité, c'est à dire les écussons des seigneurs de la paroisse, ont dû être grattés.
Le culte ne reprit que vers 1795, mais il faut attendre Napoléon et le concordat pour que les choses soient complètement rétablies (1). La fabrique, dissoute pendant la Révolution, fut reconstituée au début du XIXe siècle.

1) Arch. Dép. 37 : L m 125, fol 65 v', 6 Nivôse an VII (décembre 1798) : dénonciation sur le fait que la célébration des décades ne se fait pas dans le canton de Bléré.

Accueil Sommaire Page précédente Page suivante