Histoire de l'église St Romain




Vie et gestion de la paroisse, XVIe - XVIIIe siècles

Les fondations pieuses

Outre les charges seigneuriales qui les grevaient, ces terres étaient chargées de services religieux, car elles avaient été, pour la plupart, données par des fidèles en échange de messes. La fabrique devait ainsi faire dire, entre autres, en 1609, 18 messes d'anniversaire. Les procureurs de la fabrique payaient ainsi chaque année au curé et au vicaire une somme de 6 livres 15 sols.
Ces fondations de messes étaient surtout faites par testament, mais aussi par dons.

Exemples de testaments :
- 25 juillet 1531, testament de Jean Brossard, par lequel il fait don à la fabrique d'un quartier de pré en deux parties nommé le Touseau, à la charge de dire un anniversaire le 8 juillet.
- 18 septembre 1552 : testament de Roberde Loteau, femme d'Allexandre Massonneau, par lequel elle donne à la boîte des Trépassés de la fabrique de l'église d'Athée un demi arpent de terre labourable située près du puits et village de Grenelle au fief de Montbazon, à la charge par les procureurs de la fabrique de faire dire chaque année une grande messe le jour de Ste Barbe, à diacre et sous-diacre, et de faire dire des prières pour son âme le dimanche précédent au prône de la grande messe, par le curé ou vicaire dudit lieu, auquel sera payé 6 deniers tournois pour leur peine.
- 19 avril 1564 : testament fait par Marguerite Girault, femme de Martin Petit, par lequel elle donne à la boîte des Trépassés une pièce de terre labourable contenant un demi arpent, située au lieu appelé les Foys Ribert, au fief de messieurs de St-Martin de Tours, et un autre arpent de terre aussi donné à la boîte des Trépassés, par Jean Serrault, premier mari de la testatrice à charge de faire dire deux anniversaires par an, l'un le jour de la St-Romain, et l'autre le jour de St-Jean ante portam Latina (6 mai), une grande messe et un libera sur sa fosse, dont sera payé à chaque anniversaire 4 sols 2 deniers
- 27 février 1588 : testament de Mathurin Brindeau, par lequel il donne la boîte la moitié d'un quartier de terre labourable dans la fresque des Bretenelles, à la charge pour les fabriciers de faire dire une grande messe avec un libera sur sa fosse tous les ans.
-26 mai 1605 : testament de Catherine Fournault, femme de Jean Tosnier, par lequel elle fonde un service annuel le jour de St-Gilles, et une messe pour le repos de son âme.
- 23 juin 1611 : testament de Perrine Guard, femme en secondes noces de Clouault Avenet, par lequel il fit don d'un quartier de terre situé dans la frêche du Pilloux, à la charge de faire dire une grande messe par an.
- 16 décembre 1613 : testament de Catherine Apvrain, veuve de Mathurin Brunnais, par lequel elle ordonne que soit dit quatre messes à deux services et vigilles, et que son service funèbre soit fait solennellement par le curé et son chapelain et qu'il soit dit en outre à son intention 15 messes basses. Elle donna pour cela 5 sols à partager entre la fabrique et la boîte de l'église.
- 22 juillet 1621 : testament de Romain Fillet qui lègue à la fabrique, 16 chaînées de terre situées au lieu de la Noüe à la charge de faire dire une grande messe le 23 juillet chaque année pour le repos de son âme.
- 29 oct. 1655 : testament de François Guesnault par lequel il donne à la fabrique d'Athée, une pièce de terre de 14 chaînées, comprenant un noyer, le tout situé au fief de Baigneux à la charge de faire dire une grande messe d'anniversaire avec vigiles, le jour de son décès.
- 18 octobre 1667 : testament de Charles Belluot, par lequel il fait don à la fabrique de la somme de 80 livres pour être investi dans un fond de la fabrique, dont le revenu servira à faire dire annuellement deux grandes messes le jour de son enterrement.
- 30 octobre 1670 : testament de Martine Gerbier, femme de Clouaux Aubin de Chaudon, constituant une rente de 10 sols assignée sur 25 chaînées de vigne situées au clos de Ferrière, paroisse d'Athée, à la charge d'une grande messe d'anniversaire.
- 27 février 1588 : testament de Mathurin Brindeau, par lequel il donne à la boîte la moitié d'un quartier de terre labourable dans la fresque des Bretenelles, à la charge pour les fabriciers de faire dire une grande messe avec un libera sur sa fosse tous les ans.
- 26 mai 1605 : testament de Catherine Fournault, femme de Jean Tosnier, par lequel elle fonde un service annuel le jour de St-Gilles, et une messe pour le repos de son âme.
- 23 juin 1611 : testament de Perrine Guard, femme en secondes noces de Clouault Avenet, par lequel il fit don d'un quartier de terre situé dans la frêche du Pilloux, à la charge de faire dire une grande messe par an.
- 16 décembre 1613 : testament de Catherine Apvrain, veuve de Mathurin Brunnais, par lequel elle ordonne que soit dit quatre messes à deux services et vigilles, et que son service funèbre soit fait solennellement par le curé et son chapelain et qu'il soit dit en outre à son intention 15 messes basses. Elle donna pour cela 5 sols à partager entre la fabrique et la boîte de l'église.
- 22 juillet 1621 : testament de Romain Fillet qui lègue à la fabrique, 16 chaînées de terre situées au lieu de la Noüe à la charge de faire dire une grande messe le 23 juillet chaque année pour le repos de son âme.
- 29 oct. 1655 : testament de François Guesnault par lequel il donne à la fabrique d'Athée, une pièce de terre de 14 chaînées, comprenant un noyer, le tout situé au fief de Baigneux à la charge de faire dire une grande messe d'anniversaire avec vigiles, le jour de son décès.
- 18 octobre 1667 : testament de Charles Belluot, par lequel il fait don à la fabrique de la somme de 80 livres pour être investi dans un fond de la fabrique, dont le revenu servira à faire dire annuellement deux grandes messes le jour de son enterrement.
- 30 octobre 1670 : testament de Martine Gerbier, femme de Clouaux Aubin de Chaudon, constituant une rente de 10 sols assignée sur 25 chaînées de vigne situées au clos de Ferrière, paroisse d'Athée, à la charge d'une grande messe d'anniversaire.

Pour gérer facilement toutes ces fondations sans en oublier, Étienne Blondeau, procureur de la fabrique, rédigea, en 1664, un état des dons et legs faits à la boîte de la fabrique, et un état du nombre des anniversaires que les procureurs fabriciers devaient faire dire chaque année dans l'église d'Athée. Ces listes furent complétées par plusieurs inventaires des titres, papiers et procédures concernant la fabrique de la paroisse de St-Romain d'Atheée.

Accueil Sommaire Page précédente Page suivante