Histoire de l'église St Romain




Les premiers temps de l'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher

Saint Romain

Il existe plusieurs saint Romain. Le plus ancien est un martyr romain, mort à Rome en 258. Une légende en fait un légionnaire chargé de garder saint Laurent, qui le convertit. Son corps a été retrouvé dans la même catacombe que le corps de saint Laurent (fête le 9 août).
Un autre Romain canonisé était prêtre au IVe siècle à Blaye. II devint patron des mariniers. Il semble que ce soit ce saint Romain qui fut représenté au XIXe siècle dans le vitrail du mur sud de la nef (fête le 24 novembre).
Un troisième saint Romain est mort vers 460. Il était hermite dans le Jura, où il fonda avec son frère, l'abbaye de Condat. C'est le douzième abbé du monastère Saint-Claude (Jura). Nous ne pensons pas qu'il puisse s'agir ici du patron de la paroisse d'Athée (fête le 28 février).
Un quatrième saint Romain, apparenté à la famille royale, fut évêque de Rouen. Il combattit le paganisme. Il mourut en 639, et son corps fut transféré à la cathédrale de Rouen au XIIe siècle. Les récits de sa vie sont bien postérieurs et sont chargés de légendes (fête le 23 octobre). Il est ainsi des paroisses où les curés eux-mêmes ne savent plus qui était primitivement le patron de la paroisse. Il semble qu'à Athée celui-ci ait été soit le martyr romain, soit l'évêque de Rouen.

L'abbaye de Saint-Julien de Tours, patron de la paroisse

La présentation à la cure d'Athée appartenait à l'abbé de Saint-Julien de Tours. La possession de l'église d'Athée par cette abbaye est confirmée dans une bulle du pape Célestin II, le 27 janvier 1144 (1). L'église d'Athée est traduite dans cet acte en latin par ecclesiam de Atheis.

1) Gallia Christiana, instrumenta ecclesiae Turonensis, nº LXV, col. 85

Accueil Sommaire Page suivante