L'abbé Lacour

        L'abbé Lacour naquit à Plombières dans les Vosges en 1883. Il venait d'un milieu modeste. Après des études au grand séminaire de Tours, il sera ordonné prêtre le 5 juin 1909 à Dijon, puis nommé vicaire à Bléré en 1912, puis prêtre à Bournan de 1913 à 1922.
        Combattant et blessé lors de la 1ère guerre mondiale, il sera aumônier militaire. Après la guerre, il prêchera à Perrusson de 1922 à 1933 puis à Véretz. L'abbé Lacour sera nommé à Athée le 30 août 1935. Son seul désir est d'aider ses paroissiens et de leur "conserver la liberté".
        La ligne de démarcation séparait la commune en deux. Les soldats allemands postés au château de la Chesnaye eurent rapidement la visite de l'abbé qui voulait connaître les heures de passage des patrouilles aux abords de la ligne. Il invitait dons les occupants à boire du vin au presbytère pendant que les postulants en quête de liberté franchissaient le Cher pour se rendre en zone libre. Cette activité fut très vite connue dans la région. Il était un passeur dévoué et profitait de sa position de prêtre pour s'imposer.
        Les Allemands vinrent l'arrêter à deux reprises, puis relaché, il poursuivit son activité de passeur. Après la célébration de la messe, le jeudi 13 avril 1944, la Gestapo l'arrêta suite à une dénonciation. Il sera interrogé et torturé pendant un mois à la Gestapo de Tours, puis transféré de la prison de Fresnes au camp de concentration de Buchenwald. L'abbé Lacour y mourut le 20 novembre 1944.
Sa dernière phrase dite à l'un de ses compagnons "Pourvu que la France comprenne et reste unie"

Retour à l'accueil